Plus complet que Wikipedia, plus clair que YouTube, plus fiable que Facebook !

Toute la documentation sur le médicament nasonex 50mg

 

 

NASONEX 50 microgrammes par pulvérisation, suspension pour pulvérisation nasale

Composition qualitative et quantitative:

Furoate de mométasone (sous forme monohydratée), 50 microgrammes par pulvérisation.
Pour les excipients, voir la rubrique "Liste des excipients".

Suspension pour pulvérisation nasale.
Suspension opaque de couleur blanc à blanc cassé.

Indications thérapeutiques:

Nasonex est indiqué chez les adultes et les enfants âgés de 12 ans et plus dans le traitement des symptômes de la rhinite allergique saisonnière ou de la rhinite apériodique.
Nasonex est également indiqué chez les enfants de 6 à 11 ans dans le traitement des symptômes de la rhinite allergique saisonnière ou de la rhinite allergique apériodique.
Chez les patients ayant des antécédents de symptômes modérés à sévères de rhinite allergique saisonnière, un traitement prophylactique par Nasonex peut être commencé maximum quatre semaines avant le début présumé de la saison des pollens.
Nasonex est indiqué chez les adultes âgés de 18 ans et plus dans le traitement des polypes nasaux.

Posologie et mode d'administration:

Après un premier amorçage du pulvérisateur de Nasonex (habituellement 6 à 7 pressions sont nésessaires pour observer une pulvérisation uniforme), chaque pression sur la pompe délivre environ 100 mg de suspension de furoate de mométasone, contenant en furoate de mométasone monohydraté l'équivalent de 50 microgrammes de furoate de mométasone. Si le pulvérisateur n'est pas utilisé pendant 14 jours ou plus, il faut le réamorcer avant l'utilisation suivante.
Rhinite allergique saisonnière ou apériodique.
Adultes (y compris les patients gériatriques) et enfants âgés de 12 ans et plus: la dose habituelle recommandée est de deux pulvérisations (50 microgrammes/pulvérisation) dans chaque narine une fois par jour (dose totale: 200 microgrammes). Lorsque les symptômes sont contrôlés, une réduction de la dose à une pulvérisation dans chaque narine (dose totale: 100 microgrammes) peut être efficace en traitement d'entretien.
Si les symptômes ne sont pas contrôlés de manière adéquate, la dose peut être augmentée jusqu'à une dose journalière maximale de quatre pulvérisations dans chaque narine une fois par jour (dose totale: 400 microgrammes). Il est recommandé de réduire la dose lorsque les symptômes sont contrôlés.
Enfants âgés de 6 à 11 ans: La dose habituelle recommandée est d'une pulvérisation (50 microgrammes/pulvérisation) dans chaque narine une fois par jour (dose totale: 100 microgrammes).
Chez certains patients atteints de rhinite allergique saisonnière, Nasonex a présenté un début d'action cliniquement significatif dans les 12 heures qui ont suivi la première dose. Toutefois, on n'est pas sûr d'obtenir un effet complet du traitement dans les premières 48 heures. Par conséquent, le patient devra continuer une utilisation régulière afin d'obtenir un bénéfice thérapeutique maximum.

 


Polypose nasale.
La dose initiale habituelle recommandée pour la polypose est de deux pulvérisations (50 microgrammes/pulvérisation) dans chaque narine une fois par jour (dose totale quotidienne: 200 microgrammes). Si après 5 à 6 semaines, les symptômes ne sont pas contrôlés de manière adéquate, la dose quotidienne peut être augmentée à deux pulvérisations dans chaque narine deux fois par jour (dose totale quotidienne: 400 microgrammes). Lorsque les symptômes sont contrôlés, la dose sera diminuée. Si après 5 à 6 semaines aucune amélioration des symptômes ne se manifeste avec une administration de deux fois par jour, on envisagera le recours à d'autres traitements.

Contre-indications:

Hypersensibilité à l'un des composants de Nasonex.
Nasonex ne doit pas être utilisé en présence d'une infection localisée non traitée de la muqueuse nasale.
Compte tenu de l'effet inhibiteur des corticostéroïdes sur la cicatrisation des plaies, les patients qui ont récemment subi une intervention chirurgicale nasale ou un traumatisme nasal ne doivent pas utiliser de corticostéroïdes nasaux aussi longtemps qu'une guérison n'est pas intervenue.

Mises en garde spéciales et précautions particulières d'emploi:

Nasonex doit être utilisé avec prudence, voire ne pas être utilisé, chez les patients présentant des infections tuberculeuses actives ou latentes des voies respiratoires, des infections fongiques, bactériennes ou virales systémiques non traitées ou encore un zona ophtalmique.
Après 12 mois de traitement par Nasonex, aucun signe d'atrophie de la muqueuse nasale n'a été mis en évidence; en outre, le furoate de mométasone a tendance à ramener la muqueuse nasale à un état plus proche du phénotype histologique normal. Comme c'est le cas pour tout traitement prolongé, les patients utilisant Nasonex pendant plusieurs mois ou plus, doivent être examinés périodiquement afin de détecter d'éventuelles modifications de la muqueuse nasale. S'il se développe une infection fongique localisée du nez ou du pharynx, il peut s'avérer nécessaire d'arrêter le traitement par Nasonex ou d'instaurer un traitement approprié. La persistance d'une irritation nasopharyngée peut être une indication à l'arrêt du traitement par Nasonex.
Bien que Nasonex contrôle les symptômes nasaux chez la plupart des patients, l'utilisation concomitante d'une thérapie additionnelle appropriée peut induire un soulagement supplémentaire des autres symptômes, en particulier des symptômes oculaires.
Il n'y a pas de signe de suppression de l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (HHS) après traitement prolongé par Nasonex. Quoiqu'il en soit, les patients qui passent d'une administration prolongée de corticostéroïdes à action systémique à Nasonex requièrent une attention particulière. Chez ces patients, l'arrêt des corticostéroïdes systémiques peut entraîner une insuffisance surrénalienne pendant un certain nombre de mois jusqu'à restauration de la fonction de l'axe HHS. Si ces patients présentent des signes et symptômes d'insuffisance surrénalienne, il faut recommencer à administrer les corticostéroïdes systémiques, instaurer d'autres modes de traitement et prendre les mesures appropriées.
Pendant le passage de corticostéroïdes systémiques à Nasonex, certains patients peuvent présenter des symptômes de sevrage aux corticostéroïdes à action systémique (par exemple, douleur articulaire et/ou musculaire, lassitude et, au début, dépression) malgré le soulagement des symptômes nasaux; il faut les inciter à continuer le traitement par Nasonex. Ce passage d'un médicament à l'autre peut également démasquer des affections allergiques préexistantes telles que conjonctivite et eczéma allergiques, précédemment contrôlées par la corticothérapie systémique.
La sécurité et l'efficacité de Nasonex n'ont pas été étudiées dans le traitement de la polypose unilatérale, des polypes associés à la fibrose kystique, ou dans le traitement des polypes qui obstruent totalement les cavités nasales.
Il convient de faire un examen plus approfondi des polyposes nasales unilatérales d'apparence inhabituelle ou irrégulière, particulièrement en cas d'une ulcération ou de saignements.
Les patients recevant des corticostéroïdes et potentiellement immunodéprimés doivent être avertis du risque d'exposition à certaines infections (par exemple: varicelle, rougeole) et de l'importance qu'il y a à demander un conseil médical si ce type d'exposition se produit.
Après utilisation de corticostéroïdes intranasaux, on a dans de très rares cas fait état d'une perforation du septum nasal ou d'une augmentation de la pression intraoculaire.
La sécurité et l'efficacité de Nasonex n'ont pas été étudiées dans le traitement de la polypose nasale chez les enfants et les adolescents âgés de moins de 18 ans.
Des effets systémiques dus aux corticostéroïdes nasaux peuvent se manifester, et ce, particulièrement en cas de doses élevées prescrites pour des périodes prolongées. Des retards de croissance ont été observés chez des enfants recevant des corticostéroïdes nasaux à des doses autorisées.
Il est recommandé de surveiller régulièrement la taille des enfants soumis à un traitement prolongé aux corticostéroïdes nasaux. Si la croissance ralentit, la thérapie doit être reconsidérée afin de ramener si possible, la dose du corticostéroïde nasal à la dose la plus basse permettant de maintenir un contrôle effectif des symptômes. De plus, il faut envisager de faire examiner les patients par un pédiatre.
Un traitement dont les doses seraient supérieures aux doses recommandées peut donner lieu à une suppression surrénale importante sur le plan clinique. Si l'utilisation de doses supérieures aux doses recommandées est prouvée, un apport corticostéroïde systémique doit être envisagé au cours des périodes de stress ou de chirurgie élective.

Grossesse et allaitement:

Il n'existe pas d'études adéquates ou bien contrôlées chez les femmes enceintes. Après administration intranasale de la dose clinique maximale recommandée, les taux plasmatiques de mométasone ne sont pas mesurables; dès lors, on s'attend à ce que l'exposition foetale soit négligeable et le potentiel de toxicité sur la reproduction, très faible. Comme c'est le cas avec les autres corticostéroïdes nasaux, Nasonex ne peut pas être utilisé pendant la grossesse et l'allaitement, sauf si le bénéfice potentiel pour la mère justifie tout risque potentiel pour la mère, le foetus ou le nouveau-né. Les nourrissons nés de mères qui ont reçu des corticostéroïdes pendant leur grossesse doivent être soigneusement observés, à la recherche d'un hypoadrénalisme.


Effets indésirables:


En général, les épistaxis furent de faible importance et s'arrêtèrent spontanément; elles se produisirent avec une incidence plus élevée que sous placebo (5 %), mais comparable ou plus faible que celle des corticostéroïdes nasaux actifs utilisés à titre de contrôle (jusqu'à 15 %). L'incidence de tous les autres effets fut comparable à celle d'un placebo.
Chez les enfants, l'incidence des effets indésirables tels que les épistaxis (6 %), les maux de tête (3 %), l'irritation nasale (2 %) et les éternuements (2 %) était comparable à celle du placebo.
Chez les patients traités pour une polypose nasale, l'incidence générale des effets indésirables était comparable à celle du placebo et identique à celle observée chez les patients atteints de rhinite allergique.
Après l'administration intranasale de furoate de mométasone monohydraté, de rares cas de réaction d'hypersensibilité immédiate dont des bronchospasmes et des dyspnées peuvent se produire. Très rarement, des cas d'anaphylaxie et d'oedème angioneurotique ont été rapportés.
Des troubles du goût et de l'odorat ont été très rarement observés.
Des effets systémiques dus aux corticostéroïdes nasaux peuvent se manifester, et ce, particulièrement en cas de doses élevées prescrites pour des périodes prolongées.

Liste des excipients:

Cellulose dispersable BP 65 cps (cellulose microcristalline et carmellose de sodium) — Glycérol, citrate de sodium dihydraté — Acide citrique monohydraté — Polysorbate 80 — Chlorure de benzalkonium — Alcool phényléthylique — Eau purifiée.
 

Le site PMP (Pharma-Médical-Patients) regroupe un maximum de données pharmaceutiques et de notices pharmaceutiques pour les médicaments dans le monde entier. Vous pouvez ainsi vous informer au sujet de chaque médicament (posologie, effets indésirables, doses journalières, précautions d'emploi, risques durant la grossesse et l'allaitement,...) avant de vous le procurer. La documentation fournie n'est proposée qu'à titre d'information. En cas de doute consultez toujours votre médecin ou votre pharmacien, surtout si vous avez acheté les médicaments en ligne!

Retour à la page d'accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les termes de recherche les plus utilisés par nos visiteurs: santé posologie prescription acné grossesse grossir médicament médicaments médecine médecin guérir forme pharmacie asthme notice pharmaceutique docteur maigrir calmant analgésique anti-douleur douleur fièvre anti-fièvre dépression cancer corps toux rhume somnifère sirop pilule comprimé